Accueil - Blog territorial - Du 19 au 23 août, la Fondation Nicolas Hulot et l’association VivArmor Nature …

Du 19 au 23 août, la Fondation Nicolas Hulot et l’association VivArmor Nature …

15/08/2009
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 268 / 1681
Pour que pêche à pied rime avec respect de la biodiversité Du 19 au 23 août, la Fondation Nicolas Hulot et l’association VivArmor Nature partent à la rencontre des pêcheurs à pied en baie de Saint Brieuc En période de grande marée, c’est bien connu, coquillages et crustacés n’ont qu’à bien se tenir ! Bottes aux pieds et casquette vissée sur le crâne, équipés d’un couteau sans âge, d’une épuisette et d’un seau qui en a vu d’autres… les pêcheurs à pied se pressent sur l’estran. Chaque année, on estime que 1,8 million de Français s’adonnent à ce qui est aujourd’hui pour beaucoup un loisir à part entière. Mais pour que ce loisir en reste un, quelques règles s’imposent. À l’occasion des grandes marées du 20 au 23 août (coefficient record attendu), la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme et l’Association VivArmor Nature partent à la rencontre des pêcheurs. Objectif : les sensibiliser sur le fonctionnement du milieu et les informer sur la réglementation en vigueur. Agir maintenant, pour pêcher longtemps En quelques décennies, l’essor touristique aidant, la pêche de subsistance par les habitants de la côte a petit à petit cédé le pas à une pêche majoritairement récréative. En résulte une fréquentation du milieu par des personnes souvent mal renseignées sur son fonctionnement et les règles qui s’y appliquent. Une enquête réalisée en 2008 par VivArmor Nature, dans les côtes d’Armor, a ainsi montré que 83% des pêcheurs à pied ignoraient la réglementation. Tout au plaisir de pêcher, on ne pense pas toujours aux conséquences… Et pourtant ! Non seulement les mauvais comportements provoquent des dégâts sur la ressource et l’estran, mais si rien n’est entrepris les conséquences peuvent être très lourdes. Un milieu qui n’est plus compatible, ni avec ce loisir ni avec la pêche professionnelle qui intervient sur les mêmes sites, peut conduire à une perte de valeur patrimoniale (dégradation de la qualité de vie des habitants) et économique (perte d’attractivité des territoires concernés, difficultés de subsistance des professionnels…). À quels types de problèmes doit-on faire face ? • Le non-respect des tailles minimales de capture : 99% des pêcheurs de palourdes à Oléron sont par exemple en infraction. (IODDE, 2007) • La destruction physique des milieux : mise à l’envers, une roche peut perdre jusqu’à 30% de sa biodiversité. Sur certains sites, près des accès, on voit nettement l’estran se transformer en pierrier très pauvre. Sur les sables et les vases, les gens ont également tendance à labourer le sol. Cela nuit également à la couche supérieure de l’estran et bouleverse l’écosystème. • Le gaspillage : il est difficile, psychologiquement, de s’arrêter lorsque l’on est en train de pêcher et que « ça mord ». Souvent on pêche trop, sans sélectionner suffisamment et c’est une partie de la pêche qui est abandonnée en pure perte. Certaines espèces comme les étoiles de mer, les petits poissons et crabes, les petites crevettes… ne sont en effet pas consommables. D’autre part, quand la marée basse est en matinée, les coquillages pêchés passent parfois le reste de la journée sur la plage en plein soleil, ou dans la voiture en été… Au gaspillage s’ajoute alors des risques sanitaires. Une escale pédagogique de plus… pour Fleur de Lampaul Durant tout l’été, Fleur de Lampaul, voilier ambassadeur de la Fondation Nicolas Hulot a fait escale dans 8 ports bretons pour sensibiliser le public aux enjeux de l’éconavigation. Avec les grandes marées qui arrivent… le vieux gréement se met au service de l’Association VivArmor Nature qui œuvre depuis plus de 30 ans en faveur de la préservation de l’environnement en Côtes d’Armor. Du 20 au 23 août, les forts coefficients de marée risquent d’attirer beaucoup de monde, la population estivale se mêlant aux pêcheurs assidus. Dans ce cas, quoi de mieux qu’une rencontre directe avec les pêcheurs à pied ? C’est ce qu’ont décidé de mettre en œuvre les deux organisations. • À marée basse : Fleur de Lampaul naviguera à proximité des sites de pêche à pied du Val André sur l’îlot du Verdelet (les 20 et 21 août) et de Plouézec (les 22 et 23 août). Depuis le voilier, des équipes de volontaires rejoindront l’estran à bord de petites embarcations, pour multiplier les contacts avec les pêcheurs à pied et les sensibiliser à la pratique dans le respect de la ressource, de la réglementation et des sites. Des safaris des bords de mer seront également proposés au public pour découvrir la faune et la flore du littoral. • Le soir, Fleur de Lampaul sera amarré au port de Dahouët (du 19 au 21 août) et au port de Paimpol (les 22 et 23 août) afin d’accueillir le public. Au programme : sensibilisation à la préservation de la biodiversité et au respect des milieux naturels (en particulier des océans), en coopération avec les partenaires locaux et distribution d’outils pédagogiques, expositions et conférences. Durant les 4 jours, les équipes de la Fondation Nicolas Hulot et de VivArmor Nature profiteront de chaque occasion pour remettre « la réglette», outil incontournable de tout pêcheur à pied, pour lui permettre de respecter les tailles minimales et les périodes de pêche. Lors de la marée des 18-21 septembre, la Fondation réitèrera l’opération sur l’île d’Oléron avec l’association IODDE (Ile d’Oléron Développement Durable Environnement) Contacts presse : Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme - Elodie Dorée – 01 41 22 10 70 – presse@fnh.org VivArmor Nature- Franck Delisle – 06 27 47 49 81 - vivarmor@orange.fr Quelques bons gestes à respecter • Privilégier l’usage des mains qui permettent de remuer délicatement les algues, les pierres et les animaux sans les blesser. • Ne pas arracher les algues car cela compromet leur repousse. • Ne pas laisser une pierre retournée • Pour les aficionados de l’outil : Certains sont à éviter : comme la pelle qui retourne une trop grande surface et détruit l’habitat et le rateau qui remue les fonds et dérange les animaux. D’autres sont à utiliser avec précaution : le crochet ne doit pas être trop pointu, car il peut tuer accidentellement les animaux. Selon la maille de son filet, l’épuisette collecte sans distinction d’espèce et de taille, et enfin le couteau doit être utilisé avec un gant pour décoller les coquillages des rochers. • Pour que la vie marine ne soit pas trop perturbée, il faut veiller à remettre les pierres déplacées à l’endroit initial et à reboucher les trous dans le sable. • Respecter les tailles* et le nombre d'espèces à prélever. • Ne prélever que ce que nous sommes certains de consommer car la ressource se fait plus rare et elle est à partager entre tous. • Expliquer aux enfants qu'il est plus amusant d'observer un animal dans son milieu naturel plutôt que de le laisser mourir dans un seau. • Penser aux professionnels. Les écluses à poissons, les bouchots à moules et les parcs à huîtres sont des concessions. Ils appartiennent à des professionnels : toute pêche est interdite à l'intérieur de ces zones et dans un rayon de 25 mètres. • S’informer sur la qualité des zones de pêche grâce aux panneaux d'affichage (près de ces zones) ou en contactant la DDASS1 ou la DRASS (Direction Départementale –ou Régionale- des Affaires Sanitaires et Sociales), autorités sanitaires qui ont en charge la surveillance du plancton, la recherche des toxines dans les mollusques et les interdictions de consommer ou de vendre les coquillages à certaines périodes. • Respecter des règles d‘hygiène, car dès que la température ambiante s'élève, les micro-organismes se multiplient rapidement. • Sur la plage, il faut mettre ses prises dans une glacière ou une panière et les consommer le jour-même, sans oublier de les laver soigneusement avant la cuisson. *Tailles minimales… quelques repères Coque : 2,7 cm Crevette : 3 cm Coquille sans jacques : 10 cm et 10,2 en baie de Saint-Brieuc. Moule : 4 cm Palourde : 4 cm Praire : 4 cm Ormeau : 9 cm (20 prises maximum) Araignée 12 cm Etrille : 5 cm Tourteau : 14 cm
Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés


Partager cette fiche utile :