Accueil - Blog territorial - Les aérosols réchauffent l'Arctique

Les aérosols réchauffent l'Arctique

10/04/2009
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 256 / 1693
Même si les gaz à effet de serre, comme le CO2 ou le méthane, jouent un rôle majeur dans le réchauffement climatique,un autre acteur s’invite sur le devant de la scène dans certaines régions du globe : les aérosols atmosphériques. Selon une nouvelle modélisation réalisée par des chercheurs de la Nasa (Goddard Institute for Space Studies, USA), 45% du réchauffement observé ces trente dernières années en Arctique serait attribuable à l’action des aérosols. Pour compliquer un peu plus le tableau, il faut rappeler que tous les aérosols n’ont pas le même effet sur le climat terrestre: une partie de ces particules injectées dans l’atmosphère naturellement ou par l’action de l’Homme bloque le rayonnement solaire –c’est l’effet parasol qui refroidit la Terre. Une autre partie des aérosols, notamment les suies issues de la combustion, absorbe le rayonnement solaire et réchauffe les couches atmosphériques. Cette double action serait en jeu au-dessus de l’Arctique, expliquent Drew Shindell et Greg Faluvegi dans la revue Nature Geoscience (avril 2009). Suite aux mesures prises en Europe et en Amérique du Nord pour réduire leurs émissions, les aérosols sulfatés -qui ont un effet parasol- ont diminué au-dessus de l’Arctique. Dans le même temps, les aérosols carbone-suie, qui ont l’effet inverse, ont augmenté avec la pollution croissante du continent asiatique, expliquent les chercheurs. D’après le modèle de Shindell et Faluvegi, les régions du globe situées aux moyennes et hautes latitudes sont particulièrement sensibles aux variations des quantités d’aérosols dans l’atmosphère. De fait, les régions les plus sensibles dans leur modélisation correspondent à celles qui se sont le plus réchauffées ces dernières décennies. En Arctique, ce réchauffement est de 0,5°C par décennie depuis 50 ans. Plus éloigné des autres continents, l’Antarctique est moins sensible aux aérosols. Cette étude n’est pas la première à pointer le rôle important des aérosols dans les changements climatiques. Il reste que l’impact des aérosols sur le climat est moins bien maîtrisé que celui des gaz à effet de serre et que les scientifiques ont encore besoin d’améliorer leurs connaissances dans ce domaine.
Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés








PARTAGER CETTE PAGE