Accueil - Blog territorial - Avis d’expert : le coût réel des éoliennes aux USA

Avis d’expert : le coût réel des éoliennes aux USA

02/04/2009
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 235 / 1681
Les hélices des éoliennes, un gouffre pour le contribuable américain ? Au contraire, calcule General Electric: l’éolien rapporte davantage au gouvernement américain qu’il ne lui coûte en déductions fiscales. C'est un plaidoyer mathématique pour le maintien de ces aides qui expirent fin 2008, en plein débat sur le sujet au Congrès américain.

(cliquer pour agandir)

Selon Steve Taub, vice-président de GE Energy Financial Services, une division de GE, les parcs d’éoliennes installés courant 2007 ont rapporté au Trésor américain 250 millions de dollars nets, soit un taux de retour de 5%, une fois déduits les coûts des crédits d’’impôts. A noter que GE est l'un des plus gros producteurs mondiaux d'éoliennes.

Les nouvelles éoliennes installées aux Etats-Uis en 2007 ont accru les capacités installées aux Etats-Unis de 5,2 GigaWatts, rappelle M. Taub. L’actuel crédit d’impôt, dit « PTC » (Production Tax Credit) a été selon lui la clé du développement de l’énergie éolienne aux USA.

"Le PTC offre un crédit d’impôt de 1,5 cent par kilowatt-heure (kWh) (en dollars de 1993) pendant les 10 premières années de fonctionnement d’un parc d’éoliennes. Le PTC est indexé sur l’inflation : en 2008 le crédit est de 2,1 cents par kWh pour l’éolien (ainsi que pour la biomasse et la géothermie, et de 1 cent pour l’énergie tirée des déchets et l’hydro-électrique). Les actifs des parcs d’éoliennes sont dépréciés sur 5 ans, ce qui réduit encore les charges fiscales dans les premières années de production.

Le PTC doit expirer le 31 décembre, 2008. Depuis sa mise en place en 1992, il a été interrompu trois fois, en 1999, 2001, et en 2003. A chaque fois, l’augmentation annuelle de capacités éoliennes a chuté considérablement. A partir de 2005, ces capacités ont grimpé, en partie grâce au PTC et à la confiance qu’il serait maintenu. Sans lui, la construction de nouveaux parcs d’éoliennes ralentira nettement. Déjà l’incertitude sur le sort du PTC refroidit promoteurs et investisseurs. Début 2008, la Chambre des représentants a approuvé une prolongation d’un an, mais le Sénat vient de la rejeter en juin.

A long terme les projets d’éoliennes rapportent aux caisses de l’Etat. Dès qu’arrivera à son terme le dispositif (au bout de 10 ans d’exploitation), les parcs d’éoliennes deviendront des contributeurs fiscaux importants -- environ 400 millions de dollars par an entre 2013 et 2025.

Mais dès 2007, leur première année d'existence, les nouvelles éoliennes, à travers l’impôt sur les bénéfices des entreprises et l’impôt sur le revenu des salariés du secteur (y compris les sous-traitants nécessaires à la construction des parcs) ont rapporté plus à l'Etat que les coûts du PTC.

L’étude prend en compte tous les collaborateurs, des conducteurs de camions aux comptables.

Ainsi pour les nouveaux parcs d’éoliennes installés en 2007, GE calcule qu’ils ont rapporté 1,9 milliard de dollars d’impôts sur les bénéfices, 540 millions d’impôt sur le revenu et 280 millions en impôts sur les recettes des vendeurs, sans oublier les taxes sur les loyers et royalties payés aux propriétaires des terrains.

Au total ces nouvelles éoliennes ont rapporté 2,75 milliards de dollars en 2007, supérieurs aux coûts totaux du PTC qui étaient de 2,5 milliards, d’où une recette nette pour le Trésor américain de 250 millions de dollars.

Autres bénéfices, les parcs d’éoliennes créent des recettes fiscales locales et de l’emploi et réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Selon GE, les nouvelles éoliennes installées en 2007 ont créé 17.200 emplois pendant leur construction et 1.600 emplois permanents (20 ans pour plus) pour leur exploitation.

Elle ont aussi évité l’émission de 10 millions de tonnes par an de CO2 (équivalant au retrait de 1,8 million de voitures) ainsi que les émissions d’autres gaz qu’auraient généré les centrales thermiques classiques à leur place. Elles ont par ailleurs économisé l’eau nécessaire au refroidissement des centrales classiques".

Ces calculs se basent sur les hypothèses suivantes:
- Un parc d’éoliennes fonctionnant 8.760 heures par an, avec un rendement de 35%, produira 3.066 kWh par an pour chaque kW de capacité installée.
- Coût moyen d’un projet de parc d’éoliennes : 2.000 dollars par /kW
- Rendement moyen: 35%
- Recette moyenne de vente d’électricité : 7,5 c/kWh
-Coût d’exploitation moyen: 15 dollars par kW et par an
-Coût moyen par éolienne : 20.000 dollars par an
- Achat d’éoliennes: pour moitié hors des Etats-Unis pour les turbines et les hélices, mais pas pour les tours.

Le calcul suppose aussi que les crédits d’impôts ont été financés par le Trésor américain par un emprunt de 4% par an. Autre hypothèse, un taux d’inflation de 2% par an.

Steve Taub est vice-président senior, chargée de la stratégie d’investissement, chez GE Energy Financial Services. Spécialiste de énergies renouvelables et le capital-risque. Il est entré chez GE en 2006, après avoir été chargé de recherche ches Cambridge Energy Research et au Département américain de l’Energie.

Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés


Partager cette fiche utile :