Accueil - Blog territorial - Climat: Les pays émergents fixent leurs lignes rouges
icone

Climat: Les pays émergents fixent leurs lignes rouges

01/12/2009
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 299 / 1685
Les réunions entre négociateurs se multiplient tandis que les pays émergents font plus que jamais pression sur les Etats industrialisés. A une semaine de l’ouverture des négociations à Copenhague, la pression s'accentue. Les différentes parties de la négociation abattent peu à peu leurs cartes. Derniers en date, les pays émergents se sont mis d’accord ce week-end sur un texte commun qui constituerait une alternative au projet sur lequel travaille le Danemark pour la négociation. Ce document, dont l’existence a été révélée par la presse indienne les 28 et 29 novembre, semble avoir surpris les négociateurs. Il établit des lignes «inviolables» aux yeux des pays émergents: Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud et le Soudan qui préside le G-77 (coalition des pays en développement). Ces lignes rouges se résument en quelques propositions: pas d’objectif à 2050, pas d’annonce chiffrée absolue de réduction d’émissions, pas de notion de «pic de rejet», ni de mécanismes d’ajustement aux frontières et enfin, les actions non soutenues financièrement ne pourront pas faire l’objet de négociations internationales. Ces limites semblent montrer la volonté des pays émergents de ne pas entrer dans le cadre fixé par la présidence danoise. Si la Chine a toujours refusé de s’engager pour 2050, la position du Brésil est pour le moins étonnante. Brasilia a en effet signé un texte commun avec la France qui prévoit une réduction de 50% des émissions de CO2 d’ici 2050 (EurActiv.fr 17/11/2009). Seule l’Inde n’a pour le moment donné aucune indication sur les efforts que le pays était prêt à fournir. S’il est peu probable que les Indiens se prononcent sur des statistiques absolues, ils pourraient annoncer une déviation du “business as ususal”. Reste à savoir si cette déviation peut être quantifiée. Une réunion informelle a lieu cette semaine à Copenhague. Sept jours avant le début des négociations officielles, ce texte des pays émergents durcit un peu plus le débat. Le climat a également été au centre des discussions lors du sommet UE-Chine qui s'est tenu lundi 30 novembre à Nankin (Est de la Chine). L'Europe a jugé les efforts de la Chine insuffisants en la matière. «Le défi du climat ne peut être relevé sans que la Chine prenne le rôle de leader et accepte sa responsabilité», a notamment déclaré le premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt.«La clef du succès serait de suivre le principe de responsabilités communes mais différenciées», lui a répondu le premier ministre chinois Wen Jiabao. Une manière de rappeler l'Europe à ses responsabilités. CALENDRIER: * 7-14 décembre: Négociations techniques à Copenhague * 9 décembre: Venue de Barack Obama, incertitudes sur la mise en place d’un sommet de chef d’Etats * 10-11 décembre: Conseil européen * 14-17 décembre: négociations ministérielles * 17-18 décembre: négociations des chefs d’Etat et de gouvernement
Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés


Partager cette fiche utile :