imprimer Vous pouvez imprimer cette page

ENA (École Nationale d’Administration)

Créée en 1945, l’École Nationale d’Administration (ENA) est une grande école d’application française chargée d’assurer la sélection et la formation des hauts fonctionnaires de l’État français.  Elle accueille chaque année 80 à 100 élèves en formation initiale, auxquels s’ajoutent un tiers d’élèves étrangers issus des cycles internationaux ainsi qu’une soixantaine d’élèves de masters et mastères spécialisés. L’École Nationale d’Administration a pour principe fondateur de démocratiser l’accès à la haute fonction publique et de professionnaliser la formation des hauts fonctionnaires.

Les concours pour entrer à l’ENA

ENA

En ce qui concerne le recrutement de ses élèves, l’École Nationale d’Administration met en place tous les ans, trois concours réservés aux ressortissants de l’Union européenne. À cela s’ajoute : 

  • un concours international ;
  • un concours externe ;
  • un concours interne ;
  • un concours ouvert (sous certaines conditions) ;
  • un recrutement international.

Le taux de sélectivité dépend du concours.

Les modalités du concours d’admission à l’ENA

Il existe quatre voies d’accès différentes à l’École Nationale d’Administration. Cela dépend du profil et du parcours du candidat. Quelle que soit la voie choisie, ce dernier doit obligatoirement remplir plusieurs conditions qui sont exigées lors de la présentation d’un concours de la Fonction Publique :

  • nationalité ;
  • citoyenneté ;
  • casier Judiciaire ;

Aucune personne ne peut se présenter plus de trois fois l’un des concours ni plus de cinq fois sur l’ensemble des trois concours. Toutes les inscriptions se réalisent en ligne, sur le site de l’ENA jusqu’au mois de mai. Les épreuves d’admissibilité se déroulent en août. Quant aux épreuves d’admission, elles s’effectuent en novembre. Les résultats sont ensuite disponibles au mois de décembre. Tous les candidats ont la possibilité de se préparer au concours en intégrant une classe préparatoire conventionnée par l’ENA :

  • Dans le cadre d’un IEP/Sciences Po ;
  • une Université ;
  • dans un établissement privé.

Qui peut passer les concours de l’ENA ?

Toutes les personnes fonctionnaires peuvent se présenter au concours de l’École Nationale d’Administration. Toutefois, certaines conditions sont à respecter :

  • le cycle supérieur :
  • le fonctionnaire doit impérativement être âgé au minimum de 40 ans (au 1er janvier de l’année du concours) ;
  • avoir occupé pendant au moins 3 ans un emploi du grade A3 en qualité de titulaire.
  • Le cycle moyen supérieur :
  • le fonctionnaire doit impérativement être âgé au minimum de 40 ans (au 1er janvier de l’année du concours) ;
  • occuper au minimum 4 ans un emploi du grade B3 en qualité de titulaire.
  • Le cycle moyen :
  • le fonctionnaire doit impérativement être âgé au minimum de 40 ans (au 1er janvier de l’année du concours) ;
  • occuper au minimum 4 ans un emploi du grade C3 en qualité de titulaire.

Comment intégrer l’ENA ?

Seuls une poignée d’élèves intègrent l’école sur concours chaque année. Le concours peut se préparer après avoir terminé ses études supérieures ou bien en cours d’activité professionnelle. Les concours d’entrée à l’ENA sont accessibles en externe aux titulaires d’un diplôme de niveau BAC +3 :

  • 5 épreuves d’admissibilité (dont économie, droit public et culture générale) ;
  • 6 épreuves d’admission.

Les fonctionnaires ou agents publics peuvent passer le concours en interne (après 4 années d’expérience professionnelle, sans condition de diplôme) :

  • 5 épreuves d’admissibilité (dont économie, droit public et culture générale) ;
  • 6 épreuves d’admission.

Les sujets sont différents du concours externe et les matières au choix ne sont pas les mêmes. Les salariés du secteur privé, les élus locaux et les responsables d’association (ayant 8 ans d’expérience professionnelle et sans condition de diplôme) :

  • 5 épreuves d’admissibilité (dont économie, droit public et culture générale) ;
  • 4 épreuves d’admission.

Les sujets sont différents des deux autres concours. Un recrutement international est ouvert aux candidats étrangers fonctionnaires, agents publics ou étudiants se destinant à des fonctions publiques dans leur pays. 12 établissements en France permettent de préparer les épreuves du concours. Elles ont lieu dans la plupart des IEP et à l’Université. L’entrée peut y être sélective, si cela est le cas, elle se fait sur concours et dossier. Les possibilités de carrière sont très diverses pour les diplômés de l’ENA, qui prépare aux fonctions de membre de la haute juridiction : auditeur au Conseil d’État, conseiller des Affaires étrangères, administrateur civil, directeur du cabinet du Préfet…

Comment se déroule la formation à l’ENA ?

Dès leur entrée à l’ENA, les élèves deviennent des fonctionnaires. Ils touchent un salaire de 1370€ net pour le concours externe et devront en contrepartie travailler dix ans pour l’État. Le nouveau cursus se compose de deux parties, pour une durée totale de 27 mois.

  • Une période de 24 mois en tronc commun
  • 3 modules : Europe, Territoire, Gestion et Management Publics ;
  • des stages.
  • Une période d’approfondissement de 3 mois
  • choix entre les options suivantes : internationale, économique et financière, sociale, territoriale et juridique ;
  • plus deux langues et du sport.

L’École Nationale d’Administration propose des Mastères spécialisés en partenariat avec des institutions françaises et étrangères. Elle met à disposition une formation continue à quatre types de profils :

  • administrateurs Civils ;
  • officiers ;
  • assistants Parlementaires ;
  • cadres supérieurs du secteur public ou privé.

Une prérentrée administrative a lieu quelques jours après l’annonce des résultats à Paris. Quant à la rentrée pédagogique, elle s’effectue la première semaine du mois de janvier à Strasbourg. Pour ce qui est des préparations au concours externe, le calendrier est identique à celui de l’année universitaire. S’agissant des cycles préparatoires au concours interne ainsi que le troisième concours, la rentrée se déroule le premier jour ouvré après le 1er novembre de l’année des épreuves de sélection jusqu’au 31 octobre. 

La rémunération

Le montant de la rémunération d’un élève de l’École Nationale d’Administration est actuellement fixé au niveau de l’indice brut 395. Cet indice majoré 359 correspond à 1 682,25 € brut par mois. Soit un montant de 1349,60 € net par mois (taux au 1er février 2017). En ce qui concerne le montant de la rémunération des stagiaires des cycles préparatoires à l’ENA :

  • stagiaires titulaires et agents contractuels de la fonction publique avant leur entrée au cycle : équivalent à la rémunération antérieure (hors primes variables) ;
  • stagiaires du cycle préparatoire au troisième concours ayant choisi une formation à temps plein : bourse attribuée par l’ENA d’une valeur de 1736,70 bruts par mois.

Que fait-on après l’ENA ?

école nationale d'administration

Concrètement, c’est le classement de sortie qui régit l’affectation des postes à la fin de la scolarité. Ce dernier est composé à partir des notes obtenues aux épreuves de classement, mais aussi des évaluations réalisées à l’issue de chacun des stages.  Même si certains postes de sortie sont plus prestigieux que d’autres, aucun n’est dénué d’utilité ni d’intérêt, et tous les élèves conservent le choix entre plusieurs postes de diverses natures.

Les métiers après l’ENA

L’École Nationale d’Administration débouche sur des métiers très différents au sein : des ministères, des préfectures, des ambassades, des hautes juridictions… Voici une liste de quelques emplois disponibles après l’ENA.

  • Administrateur Civil au sein des ministères : 
  • majorité des postes offerts chaque année ;
  • le ministère de l’Économie et des finances est le plus gros pourvoyeur.
  • Administrateur de la ville de Paris
  • Inspecteur Adjoint à :
  • l’Inspection générale de l’administration ;
  • l’Inspection générale des finances ;
  • l’Inspection générale des affaires sociales.
  • Auditeur :
  • au Conseil d’État ;
  • à la Cour des comptes.
  • Conseiller :
  • de tribunal administratif et de cour administrative d’appel ;
  • de chambre régionale des comptes ;
  • au ministère des Affaires étrangères.
  • Directeur de cabinet du préfet ou sous-préfet d’arrondissement

L’École Nationale d’Administration remplacée

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé le jeudi 8 avril 2021 la suppression de l’ENA. Elle sera remplacée par l’Institut du Service Public (ISP) qui va être créé au 1er janvier 2022. Pour l’année en cours, tous les concours se tiendront comme prévu et les candidats admis feront partie des élèves du futur institut. Cette décision a été prise afin de réformer la carrière des hauts fonctionnaires, pour un État plus ouvert, plus divers et plus agile. L’école se situera toujours à Strasbourg et le concours d’entrée ainsi que le classement de sortie restent inchangés. Néanmoins, les meilleurs éléments n’auront plus accès aux « grands corps de l’État », comme la Cour des comptes ou encore les fonctions de direction. Pour cela, il faudra dorénavant travailler sur le terrain plusieurs années et de préférence dans les départements. L’Institut du Service Public sera également le centre de formation continue des hauts fonctionnaires. Le chef de l’État a indiqué : « Je veux qu’en nous inspirant du modèle de l’École de guerre, nous puissions prévoir un rendez-vous de carrière avant d’accéder à d’éminentes responsabilités ».