imprimer Vous pouvez imprimer cette page

CGT - Confédération Générale du Travail

Créée le 23 septembre 1895, la Confédération Générale du travail, (surtout connue sous son abréviation : CGT), est une organisation syndicale ayant pour vocation de défendre les intérêts professionnels des salariés issus du public et du privé. Elle se présente ainsi comme une organisation assurant la protection sociale de ces derniers et cherchant à préserver leurs droits et à améliorer leurs conditions de travail. La CGT est composée de syndicats structurés sur la profession (Fédération des services publics) et le territoire (Comités régionaux, Unions départementales, Unions locales).

QU’EST-CE QUE LA CGT ?

Les différents aspects de la CGT

La Confédération générale du travail est l’une des principales organisations syndicales de salariés à figurer parmi les délégués du personnel dans les élections aux comités d'entreprises. En effet, à titre d’illustration, celle-ci a obtenu 21,8 % des voix aux résultats des élections professionnelles de 2018 sur l’ensemble des trois versants de la fonction publique (Etat, hospitalière et territoriale). Elle a néanmoins perdu 1,2 point par rapport aux élections de 2014. En 2018, la CGT occupe donc la seconde place, tandis que la CFDT devient le premier syndicat dans les secteurs publics et privés.

La CGT comptait en 2017 pas moins de 653 222 salariés syndiqués. La CGT dispose aujourd’hui de 22 000 syndicats ou sections de base qui sont rassemblés en 33 fédérations professionnelles.

La Fédération des services publics de la CGT couvre l’ensemble des agents de la fonction publique territoriale. Elle prend notamment en compte le corps de fonctionnaires, la catégorie et le statut. Elle se présente comme tenant à protéger les personnes davantage exposées aux suppressions de postes dans la fonction publique et le gel des salaires. Cela se passe notamment dans les métiers de catégorie C.

La CGT dispose d’élus dans toutes les Commissions Administratives Paritaires (CAP) qu’il s’agisse de contrôleurs du travail, d’attachés, d’inspecteurs du travail, d’adjoints administratifs, de secrétaires administratifs… Elle a ainsi la possibilité de défendre les droits statutaires des personnels de la fonction publique territoriale, qu’ils soient syndiqués ou non.

La CGT se présente comme prenant la défense du statut général et du statut particulier au sein de la fonction publique. Elle dit notamment combattre le démantèlement de la DGFIP, le protocole sur les parcours professionnels, les carrières et rémunérations (PPCR), l'abandon des missions, les restructurations et la reconsidération des modalités de gestion. La CGT se tient en opposition aux mobilisations forcées, à la réforme territoriale et à l'inter-ministérialité. Enfin, elle entend rechercher à amener à une revalorisation des carrières, à l’augmentation du point d’indice et à l’abandon du RIFSEEP. Néanmoins, la CGT perd de plus en plus sa position dominante à chaque nouvelle élection professionnelle, ce qui peut faire fortement douter de sa véritable efficacité.

Au même titre que tous les syndicats, la CGT tend à lutter pour l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes au sein de la fonction publique. Elle souhaite combattre toutes les formes de racisme, d’homophobie et de discrimination. Elle dit avoir pour vocation d’œuvrer pour la défense des acquis et des garanties statutaires des fonctionnaires territoriaux et le renforcement d’un code du travail qui protège davantage les salariés et les chômeurs. Cependant, ces valeurs ne s’appliquent pas qu’à la CGT, mais également à d’autres syndicats tels que la CFDT ou le FO.

MODE DE FONCTIONNEMENT DE LA CGT

La Confédération Générale du Travail est présente dans la majorité des instances nationales et parisiennes (commissions administratives paritaires, comités techniques, commissions de réforme, etc.). Elle organise des assemblées générales dans les services afin de permettre aux agents d’échanger entre eux, de s’exprimer et décider de manière démocratique de leurs actions. La CGT tend aussi à favoriser le lien entre ses sections locales afin de mettre en commun les expériences et les problèmes de tous, mais également d’avoir une meilleure vue d’ensemble des intérêts collectifs et individuels de ses adhérents. Au même titre que les autres syndicats, la CGT tend également à assurer une information continue auprès de ses adhérents.

Dans le cadre d’un conflit avec les directions ou les élus départementaux, le syndicat CGT peut prendre la défense des intérêts des agents auprès des directions et mettre en œuvre différentes actions de protestation (pétitions, grèves, manifestations, etc.). Dans le cadre d’un conflit individuel, le syndicat CGT a la possibilité d’accompagner les agents à des entretiens, d’assurer la défense de leurs intérêts auprès des instances hiérarchiques, ou bien d’apporter leur soutien en cas de litige qui pourrait ouvrir sur une procédure judiciaire. Le syndicat CGT peut enfin assurer le dialogue social entre les élus, les directions et les fonctionnaires. Néanmoins, cela concerne également de nombreux syndicats au sein de la fonction publique.

Tout agent public a le droit de bénéficier d’un congé de formation syndicale dispensé par un organisme qui figure sur la liste fixée par arrêté ministériel. La durée maximale du congé est fixée à 12 jours ouvrables par an. L’agent a toutefois pour obligation d’effectuer la demande de congé un mois à l’avance auprès de son employeur. La réponse doit parvenir dans les 15 jours. Il faut savoir que le nombre d’agents pouvant obtenir chaque année un congé de formation syndicale est souvent limité. Il s’établit selon l’effectif du service. Néanmoins, la Commission Administrative Paritaire (CAP) est informée des refus.

Dans le cadre d’un syndicat au sein de la fonction publique territoriale, il existe certains droits et obligations comme le fait qu’une collectivité comptant au moins 50 agents doit mettre à la disposition des syndicats représentatifs un local. L’autorité territoriale peut même attribuer un local distinct à chaque syndicat si elle en a la possibilité. Cela est obligatoire quand les effectifs de la collectivité sont supérieurs à 500 agents.

Ces avantages-ci ne s’appliquent pas qu’à la CGT, mais également à d’autres organisations syndicales telles que la Confédération française démocratique du travail (CFDT).

Comment adhère-t-on à la CGT

QUI PEUT ADHERER A LA CGT ?

L’ensemble des agents publics sont concernés par le droit syndical. Ils ont ainsi la possibilité de créer un syndicat, d’y adhérer et d’y exercer des mandats. Plus précisément, la Fédération des services publics (FSP-CGT) est ouverte à tous les fonctionnaires issus :

  • des services publics territoriaux ;
  • des collectivités territoriales (communes, départements, régions) ;
  • des établissements publics locaux.

Son champ d’intervention couvre également les employés issus :

  • des services départementaux d’incendie et de secours - SDIS (Sapeurs-pompiers) ;
  • des secteurs publics et privés du logement social ;
  • des secteurs privés des eaux et de la thanatologie.

La FSP-CGT compte aujourd’hui plus de 85 000 adhérents. Ceux-ci sont organisés en syndicats au sein de leurs collectivités ou entreprises.

Bien qu’il soit interdit de faire figurer les opinions ou activités syndicales d’un agent dans un document administratif, il est possible de prendre en compte les compétences acquises dans le cadre d’une activité syndicale pour des aptitudes au sein de l’expérience professionnelle (cf. demarches.interieur.gouv.fr).

COMMENT ADHERER A LA CGT ?

Il est possible d’adhérer à Fédération des services publics de la CGT en complétant le formulaire d’adhésion en ligne disponible via le lien suivant : https://www.cgtservicespublics.fr/spip.php?page=adhesion. Un militant de la CGT vous recontactera par la suite afin de répondre à toutes vos questions à propos de votre adhésion. Cette dernière ne va néanmoins se matérialiser qu’avec le versement d’une cotisation. Elle symbolise l’appartenance du syndiqué à la CGT et constitue un élément vital pour l’activité syndicale de l’organisation (édition de flyers et de livrets, achat de matériel, soutien aux manifestations, etc.). La cotisation garantit également l’indépendance de la CGT à l’égard du patronat et des institutions publiques. L’organisation syndicale encourage d’ailleurs ses adhérents à pratiquer le prélèvement automatique de leurs cotisations en leur demandant notamment de transmettre un Relevé d’Identité Bancaire (RIB) afin de finaliser leur adhésion.

Au même titre que les autres syndicats, la cotisation de la CGT est fixée statutairement à 1% du salaire net moyen. Les primes sont comprises dans ce montant. Chaque syndiqué va donc cotiser proportionnellement à ses revenus. Les adhérents qui ne sont pas imposables obtiennent un crédit d’impôt égal au dégrèvement applicable à ceux qui le sont. Il est possible pour les adhérents d’un syndicat de bénéficier d’une réduction d’impôt en joignant à la déclaration de leurs revenus un reçu de ce dernier. Les personnes qui procèdent à la déclaration via Internet sont dispensées d’envoyer le reçu du syndicat. Il est néanmoins primordial de le conserver dans le cas où le service des impôts le réclamerait un jour ou l’autre.

JOINDRE LA CGT

Fédération CGT des Services publics

263 rue de Paris - Case 547

93515 MONTREUIL CEDEX

Tél : 01 55 82 88 20

E-mail : fdsp@cgt.fr

Site Internet : https://www.cgtservicespublics.fr/

Facebook : https://www.facebook.com/cgtservicespublics