Accueil - Blog territorial - Présidence espagnole de l'UE : un développement solidaire passe par une participation des régions

Présidence espagnole de l'UE : un développement solidaire passe par une participation des régions

03/12/2009
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 300 / 1697

Présidence espagnole de l'UE : un développement solidaire passe par une participation des régions

C'est l'Espagne qui prendra la tête de l'Union européenne pour le premier semestre 2010. Environnement, cohésion économique et sociale, mise en œuvre du traité de Lisbonne : face à ces défis de court et long terme, la présidence espagnole de l'Union européenne pourra compter sur le dynamisme et l'engagement de ses autorités régionales et locales. Tel est le message de Manuel Chaves González, vice-président du gouvernement espagnol et ministre de la Politique territoriale, qui nous présente ici les priorités de son gouvernement pour l'Europe au premier semestre 2010.
Crise économique et traité de Lisbonne: l'Espagne assume la présidence à une période cruciale pour l'Europe. Quels sont les objectifs de la présidence espagnole, compte tenu de l'importance de ces deux questions?

Manuel Chaves González :

"Il s'agit en effet de deux axes d'action prioritaires pour notre présidence. Il y a, d'une part, l'application du traité de Lisbonne, qui octroie à tous les citoyens européens de nouveaux droits sociaux, plus évolués, et, de l'autre, la contribution de l'Europe à une reprise de l'économie mondiale prompte et durable."

L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne dans les semaines qui ont précédé notre présidence nous donne l'opportunité de donner un nouvel élan à l'Union en la projetant avec force dans la nouvelle Europe du XXIe siècle. En outre, le traité de Lisbonne constitue une avancée vers davantage d'unité de l'Europe, que viendra renforcer les efforts qualitatifs et quantitatifs européens consentis pour sortir de la crise.

Ce sera en effet l'un des axes des initiatives économiques contenues dans notre programme, car seule une action coordonnée nous permettra de favoriser une reprise économique durable. L'Europe a besoin d'une réponse forte et cohérente à la crise. Pour pouvoir l'apporter, il nous faut mettre en œuvre un modèle de croissance juste et plus durable sur trois plans: économique, social et environnemental. C'est la raison pour laquelle nous devons encourager des transformations structurelles et miser sur un modèle de croissance fondé sur la durabilité, la connaissance et l'innovation, et orienté vers la création d'emplois de qualité.
Le Comité des régions représente les collectivités locales et régionales d'Europe. Pouvez-vous nous citer des exemples de la manière dont la présidence espagnole compte travailler avec les collectivités locales et régionales?

J'aimerais avant tout souligner l'extraordinaire travail réalisé par le Comité des régions dans le processus d'élaboration des politiques et de la législation de l'Union européenne, en tant que porte-parole des autorités régionales et locales. Les régions et les villes ont un rôle important à jouer pour construire une Europe plus cohésive et rapprocher l'Europe, ses politiques et ses processus de ses citoyens.

Aussi, pendant notre présidence, nous encouragerons la bonne gouvernance à multiniveaux dans l'Union. Nous créerons notamment des forums de rencontre et de travail avec différents partenaires, comme le Comité des régions, afin de mettre en œuvre des mécanismes de réponse coordonnés entre les différents niveaux de gouvernement en Europe. Nous nous efforcerons de répondre davantage aux besoins des citoyens et d'avancer dans la coopération globale. Forte d'une expérience de plus de trente ans de coopération entre l'administration générale de l'État, les communautés autonomes et les entités locales, l'Espagne a, me semble-t-il, beaucoup à apporter à ce niveau.

C'est la raison pour laquelle nous avons l'intention d'encourager, durant notre présidence, l'échange d'informations et d'expériences sur des initiatives menées au sein des États membres, mettant en avant le rôle que peuvent jouer les autorités régionales et locales, par exemple, dans la reprise économique et la création d'emploi.
L'Espagne constitue un exemple remarquable de mise en œuvre efficace de la politique régionale européenne. Peut-on attribuer ce succès à l'application effective d'une gouvernance à multiniveaux entre la Commission européenne, le gouvernement espagnol et les régions/communautés autonomes?

Comme je vous le disais précédemment, l'Espagne est convaincue que les collectivités locales et régionales ont un rôle à jouer dans la construction d'une Europe plus cohésive. En tant qu'État, nous répondons aux besoins de nos citoyens par une politique de coopération entre les différents niveaux de gouvernement.

Je pense en effet que cette coopération globale entre la Commission européenne, l'État et les communautés autonomes a été l'un des facteurs ayant contribué à une application efficace de la politique régionale européenne en Espagne. L'Espagne croit en cette coopération globale; nous avons d'ailleurs considérablement évolué à cet égard au cours des dernières décennies, convaincus que le développement économique et social solidaire et intégrateur passe par une participation effective des régions et des collectivités locales. Un bon exemple en est le rôle que la politique de cohésion de l'Union européenne et les Fonds structurels ont joué dans le développement économique et social des régions européennes, combinant croissance économique, équilibre territorial et cohésion sociale.
Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés








PARTAGER CETTE PAGE