Accueil - Blog territorial - Paul Vidal de la Blache et les 17 Régions-le billet de Jean-Luc Bœuf

Paul Vidal de la Blache et les 17 Régions-le billet de Jean-Luc Bœuf

06/05/2018
Imprimer cette fiche
Fiche pratique n° 949 / 1681

L’avenir vient de loin. Il y a un peu plus de cent ans, en 1910, le Président du Conseil, Aristide Briand, chargeait le géographe Paul Vidal de la Blache de travailler sur un découpage régional. Partant des grandes villes, il propose dix-sept régions, à mi-chemin entre les treize futures régions et les vingt-deux que nous avons connues des années 1950 à aujourd’hui.

 

Provinces. Les projets régionalistes sont longtemps restés le fait d’auteurs isolés, tels que Frédéric Le Play ou Auguste Comte. A la fin du dix-neuvième siècle, les mobilisations culturelles en faveur de la reconnaissance des particularités provinciales s’amplifient. Cet essor du régionalisme entraîne une première série de découpages régionaux. La France est-elle un être géographique, s’exclame Paul Vidal de la Blache en 1903, dans Le tableau de la géographie de la France ? Agrégé d’histoire, il enseigne à Nancy dans une chaire de géographie, « débarrassée » à sa demande de la partie histoire.

 

Les régions à partir des grandes villes. Paul Vidal de la Blache part des grandes villes et des régions naturelles pour proposer son découpage. Il en recense dix-sept, en ne tenant bien sûr pas compte de Strasbourg. Les grandes villes autour desquelles peuvent être regroupées des régions sont Paris, Lille, Nancy, Dijon, Bourges, Nantes, rennes, Nantes, La Rochelle, Limoges, Clermont-Ferrand, Lyon, Grenoble, Marseille, Montpellier, Toulouse et Bordeaux. L’ensemble donne une région parisienne allant jusqu’au plateau de Langres, un Massif Central s’étalant de l’Allier à l’Aveyron. Mais dans l’ensemble, le découpage que propose Paul Vidal de la Blache est assez proche de celui qui a prévalu des années 1950 à 2015.

 

Empreinte. Paul Vidal de la Blache aura fortement marqué de son empreinte la discipline géographique, à tel point que l’on parle aujourd’hui encore de géographie vidalienne. L’originalité de son découpage est qu’il n’hésite pas à s’affranchir de la carte départementale, en scindant certains départements, pour répondre à la demande du président du Conseil. Ses successeurs auront toujours du mal à s’affranchir du tracé départemental, y compris jusqu’au découpage de 2014 qui, non seulement ne touche pas à la carte départementale, mais encore ne procède qu’à des regroupements de régions, afin de ne pas avoir à trancher sur les demandes de rattachement de certains départements à d’autres 

 

Jean-Luc Boeuf

Lien externe :

Portail de Jean-Luc Boeuf


Copyright © 1995-2018 - www.emploi-collectivites.fr tous droits réservés


Partager cette fiche utile :

Questions les plus fréquentes sur la fonction publique :

équivalence

mutation

détachement